文章 » 政治

巴迪乌:突尼斯、埃及--东风何时吹散傲慢西风(法文原标题)

巴迪乌:突尼斯、埃及--东风何时吹散傲慢西风(法文原标题)

突尼斯的游行示威

czy
让我们把这种共鸣称为“事件”。事件这种突然创造,所产生的不是一种新现实,而是无数种新的可能性。它们无一是对已知的重复,这就是为何“这次运动宣称了民主”(意谓西方正在享受的民主)或者“这次运动追求社会改进”(意谓小资产阶级的一般富裕)的说法完全是蒙昧主义的。从几乎一无所有开始,在各地呼应,大众起义为整个世界创造了未知的可能性。
Tunisia, Egypt: The Wind of the East Carries Away the Arrogance of the West
 
The wind of the east overwhlems the wind of the west. Until when the idle and crepuscular West, the “international community” of those who still believe themselves to be the rulers of the world, will continue to give lesson in good management and good behavior to the rest of the world? Is it not laughable to see some well-paid and well-fed intellectuals, retreating soldiers of the capital-parliamentarism that serves us as a moth-eaten Paradise, offering their services to the awe-inspiring Tunisian and Egyptian people, in order teach these savages the ABC of “democracy?”
人文与社会编辑小组译(选译段落,待续):
东风压倒西风。闲散的、暮色沉沉的西方--那些仍然相信自己是世界主宰的“国际共同体”--还将继续向世界其他地方提供良好管理和良好行为的课程到何时?当我们看到一些衣食无忧的知识分子--那些资本主义议会政治(这个蠹蛀的天堂)的溃败的士兵们--向英勇的突尼斯和埃及人民表示愿意帮助时,难道不觉得可笑吗?
What pathetic persistence of colonial arrogance! In the situation of political misery that we’ve been living for the last three decades, is it not evident to surmise that it is us who have everything to learn from the popular uprisings of the moment?
殖民者的傲慢就这样可怜地觍颜支撑!在30年来我们亲身体验的政治困境中,难道有人还看不到恰恰是我们需要向此时的大众运动学习所有的一切吗?
Don’t we have the urgency to give a close look to everything, that, over there, made possible, by collective action, the overthrow of oligarchic and corrupt governments, who — or maybe especially — stood in a humiliating position of servitude to the Western world?
难道我们还不该迫切地审视那通过集体行动而使得推翻那些面对西方则奴颜婢膝的寡头腐败政府成为可能的一切事物吗?
Yes, we should be the students of these movements, and not their stupid professors. For they give life, with the genius of their own inventions, to those same political principles that for some time now the dominant powers try to convince us of their obsoleteness. And in particular the principle that Marat never stopped recalling: when it is a matter of liberty, equality, emancipation, we all have to join the popular upheavals.
对,我们应该成为这些运动的学生,不是去当他们的愚蠢教授。因为他们通过自己天才的发明赋予政治原则以生命,就是那些统治力量试图说服我们已经过时的原则。尤其是马拉一直呼唤的原则:当自由、平等和解放成为问题时,我们都应该加入大众运动。
We are right to revolt
Just as in politics, our States and those that benefit from them (political parties, unions and complaisant intellectuals) prefer management to revolt, they prefer peaceful demands and “orderly transition” to the breach of law. What the Egyptian and Tunisian people remind us is that the only action appropriate to the sentiment of scandalous takeover by State power is the mass upraising. In this case, the only rallying cry capable of linking together the disparate aspirations of those making a crowd is: “you there, go away!”
The exceptional significance of the revolt, namely its critical power, lies in the fact that its rallying cry, which is repeated by millions of beings, gives the measure of what will be, undoubtedly, irreversibly, its first victory: the flight of the designated man. And whatever happens next, this triumph, illegal by nature, of popular action, will be forever victorious.
这次起义的杰出意义,也就是说它的批判性力量,在于它对集结的呼唤
Now, that a revolt against the power of the State can be absolutely successful is an example of universal reach. This victory points out to the horizon over which any collective action unencumbered by the authority of the Law outlines itself: what Marx called “the deterioration of the State.” The knowledge that someday the people, freely associated and resorting to their creative power, will be able to throw away the funereal coercion of the State. That’s the reason why this Idea arouses boundless enthusiasm in the entire world and will trigger the revolution that ultimately will overthrow the authority in residence.
A spark can set the plain on fire…星星之火可以燎原
 
It began with the suicide, a self-immolation by fire, of a man who has been downgraded to unemployment, and to whom was forbidden the miserable commerce that allowed him to survive; and because a female police officer slapped him in the face for not understanding what in this world is real.
In a few days this gesture becomes wider and in a few weeks millions of people scream their joy on a distant square and this entails the beginning of the catastrophe for the powerful potentates. What is at the root of this fabulous expansion? Are we dealing with a new sort of epidemics of freedom? No. As Jean-Marie Gleize poetically said: “The dissemination of a revolutionary movement is not carried by contamination. But by resonance. Something that surfaces here resounds with the shock wave emitted by something that happened over there.”
Let’s name this resonance “event.” The event is the sudden creation, not of a new reality, but of a myriad of new possibilities. None of them is the repetition of what is already known. This is the reason why it’s obscurantist to say “this movement claims democracy” (implying the one that we enjoy in the West), or that “this movement pursues social improvement” (implying the average prosperity for the petit bourgeois de chez nous). Starting with almost nothing, resonating everywhere, the popular uprising creates unknown possibilities for the entire world.
让我们把这种回响称为“事件”。事件这种突然创造,所产生的不是一种新现实,而是无数种新的可能性。它们无一是对已知的重复,这就是为何“这次运动宣称了民主”(意谓西方正在享受的民主)或者“这次运动追求社会改进”(意谓小资产阶级的一般富裕)的说法完全是蒙昧主义的。从几乎一无所有开始,在各地呼应,大众起义为整个世界创造了未知的可能性。
The word “democracy” is hardly uttered in Egypt. There is talk about “a new Egypt,” about the “true Egyptian people,” about a constituent assembly, about complete changes in everyday life, of unheard-of and previously unknown possibilities. There is new plain that will come after that that no longer exists, the one that was set on fire by the spark of the uprising. This plain to be stands between the declaration of an alteration in the balance of forces and the holding of new tasks. Between the shout of a young Tunisian: “We, children of workers and of peasants, are stronger than the criminals;” and what said a young Egyptian: “As from today, January 25, I take in my own hands the matters of my country.”
The people, only the people, are the creators of universal history
只有人民是普遍历史的创造者
 
It’s amazing that in our West, the governments and the media consider the insurgents in a Cairo square are “the Egyptian people.” How can that be? Aren’t the people for them, the only reasonable and legal people, the one usually reduced to the majority of a poll, or the majority of an election? How did it happen that suddenly, hundreds of rebels are representative of a population of eighty million?
It’s a lesson that should not be forgotten, and that we will not forget. After a certain threshold of determination, of stubbornness and of courage, the people, in fact, can concentrate their existence in a square, an avenue, some factories or a university… The whole world will be witness of the courage, and especially the wondrous creations that go with it. These creations prove that there, there is a People. As an Egyptian rebel strongly put it: “before I watched television, now television is watching me.”
In the stride of an event, the People is made of those who know how to solve the problems brought about by the event. Thus, in the takeover of a square: food, sleeping arrangements, watchmen, banners, prayers, defensive actions, so that in the place where it all happens, the place that is the symbol, is kept for the safeguarded for the people, at any price. Problems that, at the level of the hundreds of thousands of risen people mobilized from everywhere, seemed insoluble, all the more that in this place the State has virtually disappeared.
To solve insoluble problems without the assistance of the State becomes the destiny of an event. And this is what makes a People, suddenly, and for an indeterminate time, to exist where they have decided to assemble themselves.
不借助国家的帮助来解决不可解决的问题成了事件的命运。是这些组成了人民,当他们决定组织起来的时候就突然地、在不可预测的时段中存在。
Without a communist movement, there is no communism
如果没有共同主义的运动,就没有共同主义
 
The popular uprising we speak about is obviously without a Party, without an hegemonic organization, without a recognized leader. In time, we can assess whether this characteristic is a strength or a weakness. In any case, this is what makes us, in a very pure form, undoubtedly the purest since the Paris Commune, to call it a communism of movement.
“Communism” here means: a common creation of a collective destiny. This “common” has two specific traits. First, it is generic, representing, in a place, humanity as a whole.There we find all sort of people who make up a People, every word is heard, every suggestion examined, any difficulty treated for what it is.
“Communism”公共主义/共同主义意指:对集体命运的共同创造。这种“共同”有两个具体特征。其一,它是通用的,在具体地点代表了作为整体的人类。各种人群组成了大写的People人民,每个词语都被聆听,每个建议都被审度,每个困难都被实事求是地处理。
其二,共同主义客服了所有被“国家”称为其唯一领域的主要矛盾,因为国家自称仅有它才能在不超出这些矛盾的情况下妥善处理问题:不管是知识分子和手工劳动者之间的矛盾,还是男女之间、贫富之间、穆斯林和科普特人、农民与首都居民之间的矛盾。千万种关于这些矛盾的新希望在任何时刻涌出,而国家,任何国家都仍然完全看不到这些新可能。
Next, it overcomes all the substantial contradictions that the State claims to be its exclusive province since it alone is able to manage without ever surpassing them: between intellectuals and manual workers, between men and women, between poor and rich, between Muslims and Copts, between peasants and Cairo residents. Thousands of new possibilities, concerning these contradictions, arise at any given moment, to which the State — any State— remains completely blind.
One witnesses young female doctors from the provinces taking care of the injured, sleeping in the middle of a circle of fierce young men, and they are calmer than they have ever been, knowing that no one will dare to touch a single hair from their heads. One witnesses, just as well, an group of engineers entreating young suburbanites to hold the place and protect the movement with their energy in battle.
One witnesses a row of Christians doing the watch, standing, guarding over bent Muslims in prayer. One witnesses merchants of every kind nourishing the unemployed and the poor. One witnesses anonymous bystanders chatting with each other. One can read thousands of signs where individual lives mix without hiatus in the big cauldron of History.
All these situations, these inventions, constitute the communism of movement. For two centuries the only political problem has been how to set up in the long run the inventions of the communism of movement? The only reactionary assertion affirms that “This is impossible, verily harmful. Let’s trust the in the powers of the State.” Glory to the Tunisian and Egyptian people because they conjure the true and only political duty: the organized faithfulness to the communism of movement takes on the State.
(以上描述各民族各社会阶层不同性别在广场和睦相处互相帮助)。这些情景、这些创造组成了运动的共同主义。两个世纪以来,唯一的政治问题就是如何长期建立运动的共同主义所创造的东西。唯一反动的主张认为“这是不可能的,非常有害。让我们相信国家的力量。”光荣属于突尼斯和埃及人民,因为他们凭空想出了真实和唯一的政治责任:对运动的共同主义有组织的忠诚直面着国家。
We don’t want war, but are not scared of it
我们不想要战争,但不要畏惧它。
Everywhere was mentioned the peaceful calm of the gigantic demonstrations, and this calm was associated with the ideal of elective democracy that was attached to the movement. Let’s point out nevertheless that insurgents were killed, hundreds of them, and that there are still being killed every day. In more than one instance, those killed were fighters and martyrs of the event, they died for the protection of the movement. The political and symbolic places of the uprising had to be defended by means of ferocious fighting against the militiamen and the police forces of the threatened regimes. And who did pay with their lives but the youth from the poorest communities? The “middle class” — of which our preposterous Michèle Alliot-Marie said that on them, and only on them, depended the democratic outcome of the events — should remember that, at the crucial moment, the persistence of the uprising was guaranteed only by the unrestricted engagement of popular contingents. Defensive violence is inevitable. It still continues, in difficult conditions, in Tunisia after the young provincial activists were sent back to their misery.
 
Can anyone seriously think that these innumerable initiatives and these cruel sacrifices have as their main objective to prompt people “to choose” between Souleiman and El Baradei, as it happens in France where we pitifully surrender our will in choosing between Sarkozy and Strauss-Kahn? Is this the only lesson of this majestic episode?
难道会有人严肃地认为这些数不清的能动性和这些惨烈的牺牲之主要目的就是推动人民在苏莱曼和艾尔·巴拉德之间“选择”吗?就像在法国我们只能在萨科奇和斯特劳斯-康之间选择,可怜巴巴地让自己的意愿卑躬屈膝?
No, a thousand times no! The Tunisian and the Egyptian people are telling us: raise up, build up a public space for the communism of movement, protect it by all means while inventing the sequential course of action; such is the real of the politics of popular emancipation.
不,一千个不。突尼斯和埃及人民告诉我们:起来,建立一个运动的共同主义的公共空间,竭力保护它,同时发明其后的行动;这就是大众解放政治的真实。
Certainly, the Arabic States are not the only countries that are against the people and, notwithstanding elections, are illegitimate. Whatever will happen, the Tunisian and Egyptian uprisings have a universal meaning. They prescribe new possibilities and thus their value is international.
阿拉伯国家当然不是唯一反对人民的、即便有选举也是不合法的的国家。不管将来发生什么,突尼斯和埃及的起义都有一个普遍意义。他们开出了新的可能性的药方,因此他们的价值是国际的。

translated by Antonio Cuccu, revised by Jorge Jauregui 


原文于2月18日发表于法国《世界报》,原题为:突尼斯、埃及:东风何时扫去西方的傲慢 
http://www.lemonde.fr/idees/article/2 ... ccident_1481712_3232.html 
英文译文: 
http://kasamaproject.org/2011/03/01/a ... ach-of-popular-uprisings/ 
The universal reach of popular uprisings 
 
Tunisie, Egypte : quand un vent d'est balaie l'arrogance de l'Occident
LEMONDE.FR | 18.02.11 | 12h41  •  Mis à jour le 18.02.11 | 16h36
Le vent d'est l'emporte sur le vent d'ouest. Jusqu'à quand l'Occident désœuvré et crépusculaire, la "communauté internationale" de ceux qui se croient encore les maîtres du monde, continueront-ils à donner des leçons de bonne gestion et de bonne conduite à la terre entière ? N'est-il pas risible de voir quelques intellectuels de service, soldats en déroute du capitalo-parlementarisme qui nous tient lieu de paradis mité, faire don de leur personne aux magnifiques peuples tunisiens et égyptiens, afin d'apprendre à ces peuples sauvages le b.a.ba de la "démocratie" ? Quelle affligeante persistance de l'arrogance coloniale ! Dans la situation de misère politique qui est la nôtre depuis trois décennies, n'est-il pas évident que c'est nous qui avons tout à apprendre des soulèvement populaires du moment ? Ne devons-nous pas de toute urgence étudier de très près tout ce qui, là-bas, a rendu possible le renversement par l'action collective de gouvernements oligarchiques, corrompus, et en outre – et peut-être surtout – en situation de vassalité humiliante par rapport aux Etats occcidentaux ?
Oui, nous devons être les écoliers de ces mouvements, et non leurs stupides professeurs. Car ils rendent vie, dans le génie propre de leurs inventions, à quelques principes de la politique dont on cherche depuis bien longtemps à nous convaincre qu'ils sont désuets. Et tout particulièrement à ce principe que Marat ne cessait de rappeler : quand il s'agit de liberté, d'égalité, d'émancipation, nous devons tout aux émeutes populaires.
On a raison de se révolter. De même qu'à la politique, nos Etats et ceux qui s'en prévalent (partis, syndicats et intellectuels serviles) préfèrent la gestion, de même à la révolte, ils préfèrent la revendication, et à toute rupture la "transition ordonnée". Ce que les peuples égyptiens et tunisiens nous rappellent, c'est que la seule action qui soit à la mesure d'un sentiment partagé d'occupation scandaleuse du pouvoir d'Etat est le levée en masse. Et que dans ce cas, le seul mot d'ordre qui puisse fédérer les composantes disparates de la foule est : "toi qui est là, va-t'en."L'importance exceptionnelle de la révolte, dans ce cas, sa puissance critique, est que le mot d'ordre répété par des millions de gens donne la mesure de ce que sera, indubitable, irreversible, la première victoire : la fuite de l'homme ainsi désigné. Et quoi qu'il se passe ensuite, ce triomphe, illégal par nature, de l'action populaire, aura été pour toujours victorieux. Or, qu'une révolte contre le pouvoir d'Etat puisse être absolument victorieuse est un enseignement de portée universelle. Cette victoire indique toujours l'horizon sur lequel se détache toute action collective soustraite à l'autorité de la loi, celui que Marx a nommé "le dépérissement de l'Etat".
A savoir qu'un jour, librement associés dans le déploiement de la puissance créatrice qui est la leur, les peuples pourront se passer de la funèbre coercition étatique. C'est bien pour cela, pour cette idée ultime, que dans le monde entier une révolte jetant à bas une autorité installée déclenche un enthousiasme sans bornes.
Une étincelle peut mettre le feu à la plaine. Tout commence par le suicide par le feu d'un homme réduit au chômage, à qui on veut interdire le misérable commerce qui lui permet de survivre, et qu'une femme-flic gifle pour lui faire comprendre ce qui dans ce bas monde est réel. Ce geste s'élargit en quelques jours, quelques semaines, jusqu'à des millions de gens qui crient leur joie sur une place lointaine et au départ en catastrophe de puissants potentats. D'où vient cette expansion fabuleuse ? La propagation d'une épidémie de liberté ? Non. Comme le dit poétiquement Jean-Marie Gleize"un mouvement révolutionnaire ne se répand pas par contamination. Mais par résonance. Quelque chose qui se constitue ici résonne avec l'onde de choc émise par quelque chose qui s'est constitué là-bas".Cette résonance, nommons-là "événement". L'événement est la brusque création, non d'une nouvelle réalité, mais d'une myriade de nouvelles possibilités.
Aucune d'entre elles n'est la répétition de ce qui est déjà connu. C'est pourquoi il est obscurantiste de dire "ce mouvement réclame la démocratie" (sous-entendu, celle dont nous jouissons en Occident), ou "ce mouvement réclame une amélioration sociale" (sous-entendu, la prospérité moyenne du petit-bourgeois de chez nous). Parti de presque rien, résonant partout, le soulèvement populaire crée pour le monde entier des possibilités inconnues. Le mot "démocratie" n'est pratiquement pas prononcé en Egypte. On y parle de "nouvelle Egypte", de "vrai peuple égyptien", d'assemblée constituante, de changement absolu d'existence, de possibilités inouïes et antérieurement inconnues. Il s'agit de la nouvelle plaine qui viendra là où n'est plus celle à laquelle l'étincelle du soulèvement a finalement mis le feu. Elle se tient, cette plaine à venir, entre la déclaration d'un renversement des forces et celle d'une prise en main de tâches neuves. Entre ce qu'a dit un jeune tunisien : "Nous, fils d'ouvriers et de paysans, sommes plus forts que les criminels" ; et ce qu'a dit un jeune égyptien : "A partir d'aujourd'hui, 25 janvier, je prends en main les affaires de mon pays."
Le peuple, le peuple seul, est le créateur de l'histoire universelle. Il est très étonnant que dans notre Occident, les gouvernements et les média considèrent que les révoltés d'une place du Caire soient "le peuple égyptien". Comment cela ? Le peuple, le seul peuple raisonnable et légal, pour ces gens, n'est-il pas d'ordinaire réduit, soit à la majorité d'un sondage, soit à celle d'une élection ? Comment se fait-il que soudain, des centaines de milliers de révoltés soient représentatifs d'un peuple de quatre-vingt millions de gens ? C'est une leçon à ne pas oublier, que nous n'oublierons pas.
Passé un certain seuil de détermination, d'obstination et de courage, le peuple peut en effet concentrer son existence sur une place, une avenue, quelques usines, une université… C'est que le monde entier sera témoin de ce courage, et surtout des stupéfiantes créations qui l'accompagnent. Ces créations vaudront preuve qu'un peuple se tient là. Comme l'a dit fortement un manifestant égyptien : "avant je regardais la télévision, maintenant c'est la télévision qui me regarde."
RÉSOUDRE DES PROBLÈMES SANS L'AIDE DE L'ETAT
Dans la foulée d'un événement, le peuple se compose de ceux qui savent résoudre les problèmes que l'événement leur pose. Ainsi de l'occupation d'une place : nourriture, couchage, garde, banderoles, prières, combats défensifs, de telle sorte que le lieu où tout se passe, le lieu qui fait symbole, soit gardé à son peuple, à tout prix. Problèmes qui, à échelle de centaines de milliers de gens venus de partout, paraissent insolubles, et d'autant plus que, sur cette place, l'Etat a disparu. Résoudre sans l'aide de l'Etat des problèmes insolubles, c'est cela, le destin d'un événement. Et c'est ce qui fait qu'un peuple, soudain, et pour un temps indéterminé, existe, là où il a décidé de se rassembler.
Sans mouvement communiste, pas de communisme. Le soulèvement populaire dont nous parlons est manifestement sans parti, sans organisation hégémonique, sans dirigeant reconnu. Il sera toujours temps de mesurer si cette caractéristique est une force ou une faiblesse. C'est en tout cas ce qui fait qu'il a, sous une forme très pure, sans doute la plus pure depuis la Commune de Paris, tous les traits de ce qu'il faut appeler un communisme de mouvement. "Communisme" veut dire ici : création en commun du destin collectif. Ce "commun" a deux traits particuliers. D'abord, il est générique, représentant, en un lieu, de l'humanité toute entière. Dans ce lieu, il y a toutes les sortes de gens dont un peuple se compose, toute parole est entendue, toute proposition examinée, toute difficulté traitée pour ce qu'elle est. Ensuite, il surmonte toutes les grandes contradictions dont l'Etat prétend que lui seul peut les gérer sans jamais les dépasser : entre intellectuels et manuels, entre hommes et femmes, entre pauvres et riches, entre musulmans et coptes, entre gens de la province et gens de la capitale…
Des milliers de possibilités neuves, concernant ces contradictions, surgissent à tout instant, auxquelles l'Etat – tout Etat – est entièrement aveugle. On voit des jeune femmes médecin venues de province soigner les blessés dormir au milieu d'un cercle de farouches jeunes hommes, et elles sont plus tranquilles qu'elles ne le furent jamais, elles savent que nul ne touchera un bout de leurs cheveux. On voit aussi bien une organisation d'ingénieurs s'adresser aux jeunes banlieusards pour les supplier de tenir la place, de protéger le mouvement par leur énergie au combat. On voit encore un rang de chrétiens faire le guet, debouts, pour veiller sur les musulmans courbés dans leur prière. On voit les commerçants nourrir les chômeurs et les pauvres. On voit chacun parler à ses voisins inconnus. On lit mille pancartes où la vie de chacun se mêle sans hiatus à la grande Histoire de tous. L'ensemble de ces situations, de ces inventions, constituent le communisme de mouvement. Voici deux siècles que le problème politique unique est celui-ci : comment établir dans la durée les inventions du communisme de mouvement ? Et l'unique énoncé réactionnaire demeure : "cela est impossible, voire nuisible. Confions-nous à l'Etat". Gloire aux peuples tunisiens et égyptiens qui nous rappellent au vrai et unique devoir politique : face à l'Etat, la fidélité organisée au communisme de mouvement.
Nous ne voulons pas la guerre, mais nous n'en avons pas peur. On a partout parlé du calme pacifique des manifestations gigantesques, et on a lié ce calme à l'idéal de démocratie élective qu'on prêtait au mouvement. Constatons cependant qu'il y a eu des morts par centaines, et qu'il y en a encore chaque jour. Dans bien des cas, ces morts ont été des combattants et des martyrs de l'initiative, puis de la protection du mouvement lui-même. Les lieux politiques et symboliques du soulèvement ont dû être gardés au prix de combats féroces contre les miliciens et les polices des régimes menacés. Et là, qui a payé de sa personne, sinon les jeunes issus des populations les plus pauvres ? Que les "classes moyennes", dont notre inespérée Michèle Alliot-Marie a dit que l'aboutissement démocratique de la séquence en cours dépendait d'elles et d'elles seules, se souviennent qu'au moment crucial, la durée du soulèvement n'a été garantie que par l'engagement sans restriction de détachements populaires. La violence défensive est inévitable. Elle se poursuit du reste, dans des conditions difficiles, en Tunisie, après qu'on ait renvoyé à leur misère les jeunes activistes provinciaux.
Peut-on sérieusement penser que ces innombrables initiatives et ces sacrifices cruels n'ont pour but fondamental que de conduire les gens à "choisir" entre Souleiman et El Baradei, comme chez nous on se résigne piteusement à arbitrer entre MM. Sarkozy et Strauss-Kahn ? Telle serait l'unique leçon de ce splendide épisode ?
Non, mille fois non ! Les peuples tunisiens et égyptiens nous disent : se soulever, construire le lieu public du communisme de mouvement, le défendre par tous les moyens en y inventant les étapes successives de l'action, tel est le réel de la politique populaire d'émancipation. Il n'y a certes pas que les Etats des pays arabes qui soient anti-populaires et, sur le fond, élections ou pas, illégitimes. Quel qu'en soit le devenir, les soulèvements tunisiens et égyptiens ont une signification universelle. Ils prescrivent des possibilités neuves dont la valeur est internationale.
Alain Badiou, philosophe
 
 

 

 

 

 

 

请您支持独立网站发展,转载请注明文章链接:
  • 文章地址: http://wen.org.cn/modules/article/view.article.php/c10/2419
  • 引用通告: http://wen.org.cn/modules/article/trackback.php/2419

王震邦:孙行者/胡适之──陈寅恪的「对对子」争议 荣新江、陈昊:疾病史与世界历史的书写——《剑桥世界...
相关文章
阿兰.巴迪乌:《伦理学:论恶的理解》
巴迪乌谈金融危机
巴迪乌:饱和的工人阶级一般认同
宋治德:巴迪乌,萨科齐与1968
比柯顿:解码萨科奇--评巴迪乌的《萨科奇的意义》
巴迪乌:作为传记的哲学
巴迪乌(Alain Badiou):关于普遍性的八个论题
巴迪乌:一分为二
吕清平、蔡大平:西方学界关于巴迪乌思想研究综述
戈达尔(Jean Luc Godard):谈新作《社会主义》Film Socialisme
齐泽克:为何惧怕阿拉伯的革命精神?
阿兰·巴迪乌:谈突尼斯、暴乱和革命--“改变世界”的意义
阿姆拉尼:为什么突尼斯?为什么埃及?
沙其:穆巴拉克之后
斯多勒:反鲁宾派的埃及劳工运动
巴迪乌:当代法国哲学思潮
伊扎特:我爱茉莉花
巴迪乌:当代政治与否定的危机
巴迪乌:当代艺术的十五个论题
沃勒斯坦:第二次阿拉伯起义的输赢
纽约书评:利比亚班加西
郑永年:中国不是阿拉伯世界
马沙尔:关于阿拉伯的谬论与事实
穆塞维尼:我所认识的卡扎菲(作者为乌干达总统)
巴迪乌:就利比亚问题致南希的公开信(2011.4)
巴迪乌:萨科齐的意义
汪晖:上升期的矛盾、体系性危机与变革方向——汪晖教授访谈
Alain Badiou: a life in writing
齐泽克:占领运动、左翼复兴和今日马克思主义(对话)
阿尔都塞:话语理论的三个笔记
林深靖:中国马克思主义与西方毛泽东主义
专题
非洲革命

API: 工具箱 焦点 短消息 Email PDF 书签
请您支持独立网站发展,转载本站文章请提供原文链接,非常感谢。 © http://wen.org.cn
网友个人意见,不代表本站立场。对于发言内容,由发表者自负责任。



Xoops 苏ICP备10024138 | © 06-12 人文与社会